The Kennedys Miniseries - The Epic 8-Part Movie Event - Starring Greg Kinnear, Katie Holmes, Barry Pepper and Tom Wilkinson - Official Homepage

Robert Francis « Bobby » Kennedy joué par BARRY PEPPER

Barry Pepper as Robert "Bobby" F. Kennedy - The KennedysRobert Francis Kennedy était le septième des neuf enfants de la famille Kennedy et huit ans plus jeune que son frère, John F. Kennedy. Athlétique, aimant la compétition, infatigable, courageux et déterminé à réussir, Bobby a eu une carrière politique brève mais extraordinaire.

Durant la 2e Guerre mondiale, il s’engage dans la Marine américaine alors qu’il était encore à Harvard. Après avoir reçu son diplôme en droit, il a travaillé au Ministère de la Justice, division criminelle, mais il a aussi aidé John lors de sa campagne au Sénat. En 1960, il a été le directeur de la campagne présidentielle de John. Nommé ministre de la Justice dans l’administration de son frère, Robert était aussi le plus proche confident du Président. Il a également été ministre de la Justice sous le président Lyndon Johnson, mais il a démissionné en 1964 pour se présenter au Sénat comme candidat de New York. Élu, il a servi de janvier 1965 jusqu’à son assassinat dans un hôtel de Los Angeles le 5 juin 1968 alors qu’il faisait campagne pour la nomination démocrate à la présidence des États-Unis. Son épouse Ethel était enceinte de leur onzième enfant quand il est mort. En 1969, l’assassin palestinien Sirhan Sirhan fut condamné pour le meurtre de Robert.

Les critiques de Robert le disaient exigeant et vindicatif, prêt à faire n’importe quoi pour arriver à ses fins. Ses admirateurs, par contre, le considéraient comme un homme dédié prêt à aider les pauvres et à corriger les injustices, un homme qui s’engageait passionnément dans les luttes et se battait pour les principes. On se souvient de lui pour ses combats sans compromis contre l’injustice raciale et le crime organisé quand il était ministre de la Justice.

« Bobby voyait le monde en noir ou blanc. On était sur le bon côté ou sur le mauvais. Je ne suis pas certain que Jack voyait le monde de cette façon, mais avec Bobby, il n’y avait pas de demi-mesure, » dit Barry Pepper.

« Bobby a été un jeune choriste et un catholique fervent. Parce qu’il était plus jeune, sa mère l’a gardé davantage sous son aile, pendant que son père se concentrait sur Joe jr. et Jack. Je crois que c’est d’elle qu’il a appris la compassion alors que peut-être son côté plus rude et dogmatique lui vient de Joe, » explique Pepper.

« Il émouvait véritablement les gens (particulièrement les pauvres) d’une façon que Jack n’a jamais réussi à faire. Quand il faisait campagne, il se faisait arracher ses boutons de manchettes et il avait les cheveux tout ébouriffés parce que les gens criaient et l’agrippaient. C’était la frénésie autour de lui, » raconte Pepper.

« Dans cette série, nous voulions aussi montrer son côté famille et montrer quel père et quel époux sincèrement dévoué il était. Hors de l’arène politique, il était une toute autre personne. Il parlait très gentiment, doucement et était très attentif dans ses conversations privées, » ajoute Pepper.

Stephen Kronish, le scénariste de The Kennedys dit que la série explore les thèmes humains et un de ces thèmes est « la notion de l’ambition familiale. » Avec les Kennedys, dit-il, « la loyauté à la famille passait avant tout. On le remarque dans la relation entre Jack et Bobby. Bobby était là au cours de l’administration de Jack et pendant les campagnes pour protéger son frère. C’était ce que son père attendait de lui et c’est le rôle qu’il a joué et qu’il voulait jouer, même si malgré tout, Bobby n’a jamais aimé avoir à réparer les gâchis de Jack. » Par tempérament, poursuit Kronish, « Bobby était une personne très intense tandis que Jack était plutôt désinvolte. »